Nadia Savtchenko: un an de détention illégale

Le 17 juin 2014, les milices soutenus par la Russie ont enlevé Nadia Savtchenko, pilote de l’armée ukrainienne, engagée pour l’égalité femme-homme, députée de la Rada et déléguée à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE).

Emmenée en Russie contre sa volonté, elle est aujourd’hui détenue et accusée d’avoir prémédité l’assassinat de deux journalistes russes, ainsi que d’avoir illégalement traversé la frontière entre l’Ukraine et la Russie.

Ces accusations sans aucune preuve tangible sont montées de toute pièce comme celles des centaines d’autres Russes et Ukrainiens opposants du régime du Kremlin incarcérés en Russie.

Durant sa détention, Nadia a subi de nombreuses pressions et intimidations. Elle s’est vu refuser les visites consulaires et a été interrogée sans la présence de son avocat.

La détention de Nadia Savtchenko est illégale et constitue une violation flagrante du droit international. Premièrement, les cours de justice russes n’ont aucune juridiction sur les citoyens ou le sol ukrainiens. Deuxièmement, selon la Convention de Genève, N. Savtchenko est considérée comme prisonnière de guerre. Troisièmement, en tant que délégué à l’APCE elle bénéficie d’une immunité parlementaire internationale.

Nadia a mené une grève de la faim de 83 jours et a perdu 25 kg pour protester contre le régime de Vladimir Poutine et pour exiger non seulement sa propre libération, mais également celle de l’ensemble des prisonniers politiques incarcérés par le Kremlin.

Soutenons ensemble Nadia Savtchenko et exigeons sa libération immédiate!

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *