Otages du Kremlin: dernières nouvelles et deux brochures pour s’informer

Depuis le début de l’agression russe contre l’Ukraine, de nombreux Ukrainiens ont été incarcérés par les autorités russes sous diverses prétextes et sans preuves réelles. Ainsi, on décompte aujourd’hui au moins 70 personnes détenus en Russie et en Crimée. Le motif de leur arrestation est clairement politique et à ce jour, la pression internationale reste un des rares instruments de leur libération.

Le 14 mai, pour attirer l’attention de la communauté internationale au fait que de nombreux Ukrainiens restent incarcérés en Russie et en Crimée, le réalisateur Oleg Sentsov, lui-même emprisonné dans la colonie pénitentiaire au-dessus du cercle polaire, a entamé une grève de la faim illimitée. Le militant anarchiste Alexandre Koltchenko, également prisonnier politique, souffrant d’un déficit de poids (62 kilos pour ses 190 cm de taille!) a rejoint sa démarche le 31 mai. Ils exigent la liberté non pas pour eux-mêmes, mais pour tous et toutes les prisonnier-e-s politiques.

De nombreux rassemblements de solidarité avec le réalisateur Oleg Sentsov, ont eu lieu dans plus de 60 villes à travers le monde entier, y compris à Paris, Bruxelles, Berlin et Londres. En témoignent les photos disponibles ici: bit.ly/SentsovFoto

Les manifestants ont appelé les leaders des pays du monde entier à soutenir leurs exigences adressées :

à la Fédération de Russie – libérer Oleg Sentsov et tous ceux qui ont été emprisonnés pour des raisons politiques en Russie et en Crimée occupée.

aux leaders des pays du G7– aborder la question de la libération d’Oleg Sentsov et de tous les prisonniers politiques en Russie et en Crimée occupée lors du 44ième sommet du G-7 au Canada ; initier un processus de négociations spécial entre la Russie et l’Ukraine concernant leur libération et intervenir en tant que médiateur dans ces négociations.

aux leaders des pays du monde entier – soulever le problème de la situation avec les droits de l’homme et des prisonniers politiques en Russie et en Crimée occupée pendant tout événement impliquant la participation des représentants officiels de la Fédération de Russie, notamment pendant les événements liés à la Coupe du monde de football 2018.

aux autorités ukrainiennes – créer un poste d’un délégué spécial pour les droits des citoyens de l’Ukraine privés de liberté pour des motifs politiques en Russie et en Crimée occupée.

Enfin, les manifestants se sont adressés à la société civile dans tous les pays du monde pour demander son soutien et solidarité. Le mot d’ordre doit être “à la Coupe du monde de football en Russie je soutiens les prisonniers politiques”.

En France, à part des rassemblements et tribunes [1] [2]  publiés dans la presse, deux brochures ont été transmises à diverses responsables politiques et acteurs de la société civile pour solliciter leur soutien dans la libération des prisonniers politiques ukrainiens. Elles sont consultables ici:
Kremlin_prisonniers_politiques_Fr
Présentation_Prisoniers ukrainiens en Russie

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *