25 mythes et faits sur l’Ukraine et les Ukrainiens

Beaucoup d’étrangers, après avoir annoncé à leurs amis leur départ à Kyiv pour un emploi ou une recherche d’emploi, s’entendent posée la question: « Kyiv? C’est en Russie, non? ».

Puisque l’Ukraine n’a regagné son indépendance qu’en 1991, il n’est pas surprenant qu’un certain nombre de mythes ou d’idées fausses persistent. Longuement sous le joug de la Russie, son voisin géant, les Ukrainiens ont lutté durant des siècles pour maintenir et affirmer leur identité, leurs traditions et leur culture.

Les Ukrainiens ont largement réussi à le faire, mais il y a encore quelques malentendus au sujet du pays qui doivent être corrigés, et quelques-uns ont émergé ces dernières années à cause de la propagande mensongère du Kremlin. Le journal Kyiv Post remet les pendules à l’heure sur une série de mythes qui ont été créés sur le pays.

Les Ukrainiens mangent beaucoup

Celui qui a assisté à un anniversaire ou une autre fête de famille ukrainienne aura vu une table croulante sous d’énormes quantités de nourriture. Il pourrait avoir l’impression que les Ukrainiens abusent pendant les repas. En réalité, le régime alimentaire des Ukrainiens est plutôt sain et modeste, ce qui est confirmé par le taux d’obésité du pays, près de 20 %, qui n’est même pas dans le top 30 mondial et qui est bien en deçà des taux de la plupart des pays occidentaux et de la Russie.

Patriotes ukrainiens en marche du parc Chevtchenko vers la place de l'Europe 24 novembre 2013

Patriotes ukrainiens en marche du parc Chevtchenko vers la place de l’Europe 24 novembre 2013 (Kostyantyn Chernichkin)

Les Ukrainiens se marient jeunes

Bien que cela ait été vrai dans le passé, ce n’est plus le cas. A l’époque soviétique, se marier était souvent un moyen de sauter les obstacles pour obtenir un logement d’État. Aujourd’hui, les Ukrainiens ont tendance à se marier qu’après l’âge de 26 ans, les femmes s’intéressant de plus en plus à leur carrière. Les hommes comme les femmes hésitent à fonder une famille malgré le fait qu’ils peuvent se permettre tout ce dont ils ont besoin. Lioudmyla Sliousar, chercheuse à l’Institut Ukrainien de la Démographie et des Etudes Sociales, dit dans un entretien publié dans Gazeta.ua , que la moyenne d’âge pour se marier chez les hommes est de 30 ans, alors que chez les femmes, elle est de 27 ans.

Les hommes ukrainiens veulent que les femmes restent au foyer

C’est un autre vestige de l’époque soviétique, qui n’existe plus aujourd’hui, en particulier chez les jeunes qui ont vécu seulement en Ukraine indépendante. Avec la généralisation de l’enseignement supérieur pour les femmes et l’augmentation des opportunités de carrière, de moins en moins d’Ukrainiennes se contentent d’assumer des rôles traditionnels. La majorité d’entre elles poursuivent une carrière et, à l’âge de 26-28 ans, ne sont pas encore mariées et n’ont pas d’enfants.

En Ukraine il fait froid et il neige une grande partie de l’année

L’Ukraine a un climat continental avec des hivers qui sont plus froids qu’en Europe occidentale et les étés qui sont généralement plus chauds. Sa capitale Kyiv est pratiquement sur la même latitude que Londres. Les parties méridionales du pays ont un climat bien adapté à la culture du raisin, alors que le climat de la Crimée est subtropical. La météo est variable et les orages violents sont fréquents en période estivale, mais le climat est beaucoup plus tempéré qu’en Sibérie ou au Canada.

L’éducation ukrainienne est corrompue et de faible qualité

Même pas proche de la vérité. L’Ukraine se classe quatrième pour le pourcentage de citoyens avec un diplôme du supérieur, et dans les 40 premiers basé sur les scores en mathématiques et sciences, selon Business Insider. Alors qu’il est encore fréquent d’avoir à effectuer des paiements aux établissements d’enseignement pour y être admis, et il y a des cas isolés de personnes ayant payé pour recevoir un diplôme, la qualité de l’éducation ukrainienne est tout de même élevée. Par ailleurs, des initiatives privées récentes pour délivrer des formations en informatique aux employés devrait permettre à l’Ukraine d’avoir une des mains d’œuvres les plus qualifiées en hautes technologies dans le monde dans les années à venir.

La langue ukrainienne est un dialecte de la langue russe

Au sein du groupe des langues slaves, le russe est en fait l’intrus. Si vous aviez pu entendre une ancienne tribu slave orientale, son langage ressemblerait beaucoup plus à ukrainien qu’au russe. En effet, la langue ukrainienne a beaucoup plus de traits linguistiques communs avec le biélorusse, le tchèque, le slovaque, le polonais et le serbo-croate qu’elle n’en a avec le russe. L’ukrainien et le russe ne sont pas mutuellement intelligibles – test linguistique standard pour déterminer si une langue est une langue à part entière, et non un dialecte d’une autre. Alors que beaucoup de gens en Ukraine ont le russe comme langue maternelle, la plupart des gens sont bilingues en ukrainien et en russe, et changeront de langue en fonction de celui avec qui ils parlent. Politique mise à part, la question de la langue n’a jamais été problématique en Ukraine.

Les Ukrainiens patriotes sont des ultras nationalistes

Ce nouveau mythe a émergé depuis l’invasion russe, l’annexion de la Crimée et la guerre dans le Donbass. Stepan Bandera, un nationaliste ukrainien qui a vécu entre 1909 et 1959 et s’est battu avec et contre les Soviétiques et les nazis allemands pendant la Seconde Guerre mondiale, est une figure controversée en Ukraine, et n’est en aucun cas la seule figure de proue du mouvement indépendantiste ukrainien. La politique ukrainienne est devenue plus ouvertement patriotique et nationaliste depuis que le Kremlin a lancé sa guerre, mais les résultats des élections montrent que la plupart des Ukrainiens sont des sociaux-démocrates, préférant politique de centre-gauche. [Note du traducteur: plutôt de centre-droite]

L’Ukraine a peu en commun avec l’Ouest

La perception de l’Ukraine comme étant un pays de l’Est exotique a ses racines dans les vieux stéréotypes sur l’Union soviétique qui persistent à ce jour. Mais géographiquement, le centre de l’Europe se trouve à l’intérieur des frontières de l’Ukraine, et il y a beaucoup d’éléments de la culture et des traditions ukrainiennes qui frappent immédiatement les Occidentaux comme étant familiers. Dans l’ouest de l’Ukraine, en particulier, il y a des zones qui ont fait partie d’autres pays européens, tels que l’Empire austro-hongrois, et qui portent la marque de cette influence centre-européenne à ce jour.

Les Ukrainiens boivent beaucoup

Bien que la disponibilité de l’alcool pas cher provoque des problèmes d’alcoolisme en Ukraine, selon l’Organisation mondiale de la santé le niveau de consommation d’alcool en Ukraine est le même qu’en Italie, classée 22e rang mondial. Les habitudes de consommation sont différentes ici qu’en France, où par exemple, avoir un ou deux verres de bière ou de vin pendant le dîner tous les jours est la norme: les Ukrainiens ont tendance à ne pas boire à chaque repas. La consommation sociale est beaucoup plus ritualisée, cependant, la tradition de boire de la vodka ukrainienne à la santé des amis, des familles et des invités lors des occasions spéciales peut donner une impression que la surconsommation d’alcool est courante. En réalité, elle ne l’est pas.

Une grande partie de l’Ukraine a été contaminée par la radioactivité de Tchernobyl

La catastrophe horrible de Tchernobyl du 26 Avril, 1986, a laissé une ombre sur le pays, et a rendu la zone autour de la centrale frappée inhabitable pour peut-être des siècles. Cependant, la grande majorité du pays n’a pas été affectée par les retombées radioactives de l’explosion du réacteur, et la nourriture et l’eau ukrainiennes sont régulièrement contrôlées pour la radioactivité. Alors que les Ukrainiens se souviennent de la catastrophe avec douleur, la radioactivité dans le pays est à peine présente parmi leurs préoccupations quotidiennes.

Les Ukrainiens non-émotionnels

Ce mythe est apparu parce que les Ukrainiens n’ont pas l’habitude d’être ouvert et souriant avec des étrangers – mais ils ne sont pas plus « froids et sans émotion » qu’un nord européen le serait. Une fois que vous arrivez à mieux les connaître, les Ukrainiens expriment leur sentiments et émotions beaucoup plus ouvertement, et peuvent alors paraître aux étrangers comme étant plus simples et sincères que certains Occidentaux.

La Crimée est une terre russe

Alors que la Russie a absorbé la Crimée dans son empire au 18ème siècle après l’une de ses nombreuses guerres avec l’Empire ottoman (basé en Turquie), la Crimée a une longue histoire qui avait peu à voir avec la Russie, ou même l’Ukraine. Les personnes ayant le plus grand droit à appeler la Crimée leur maison, sont, bien sûr, les Tatars de Crimée, mais ce peuple a été réprimé et expulsé durant la période où l’Empire russe et plus tard l’Union soviétique avaient le contrôle de la péninsule. Les choses ont changé pour le mieux depuis que l’Ukraine a obtenu son indépendance, et la Crimée a gagné son autonomie au sein de l’Etat unitaire Ukrainien, avec le retour des Tatars de Crimée à leur patrie des lieux de déportation en Asie centrale. Des Russes ethniques et des Ukrainiens habitent aussi la Crimée, mais la décrire comme «terre russe» est d’ignorer une grande partie de son histoire, récente et ancienne.

Les femmes faciles en Ukraine

Même à l’époque soviétique, les Ukrainiennes (en particulier celles de Kyiv), étaient célèbres pour leur beauté. Cette réputation fut transportée dans les années de l’indépendance, et Kyiv est devenu une destination favorite pour les hommes occidentaux riches à la recherche d’un « mariage par correspondance ». Beaucoup ont été déçus: non pas par la beauté des femmes ukrainiennes, mais par le fait que les femmes ukrainiennes sont susceptibles d’exiger le respect des hommes, et leurs faveurs ne peuvent pas simplement être acheté par un homme offrant une nouvelle maison dans un pays occidental lointain. Alors que les femmes ukrainiennes peuvent être des épouses aimantes et fidèles, et des mères bienveillantes, gagner leur affection n’est pas facile, et exige un effort sincère.

Les Ukrainiens mangent beaucoup de salo (lard ou graisse de porc)

Il est vrai que la majorité des Ukrainiens aiment le salo et le mangent assez souvent. Cependant, en moyenne, les Ukrainiens ne mangent pas plus de 18 kilogrammes de viande porcine par an, ce qui est un tiers de la quantité consommée par l’Allemand moyen. Néanmoins, le penchant des Ukrainiens pour la graisse de porc est évident dans les statistiques du commerce – l’Ukraine importe chaque année jusqu’à 70.000 tonnes de lard de l’Allemagne, la Hongrie et la Pologne. Ce mythe est donc assez proche de la réalité.

Le service est mauvais

Un autre héritage de l’époque soviétique est la perception parmi les étrangers que le service dans les hôtels ukrainiens, bars et restaurants est universellement mauvais. En fait, le service ukrainien, en particulier dans les grandes villes, s’est nettement amélioré au cours des deux dernières décennies. Cela été principalement en raison de la concurrence pour les emplois dans les industries de services qui a émergé en raison de la pénurie d’emplois dans l’économie de marché en développement – aujourd’hui, ceux qui souhaitent obtenir un emploi dans un bon bar ou restaurant doivent avoir les compétences nécessaires. Alors qu’il est pas habituel de laisser un pourboire en Ukraine, si vous laissez quelque chose pour votre serveur, vous serez pratiquement assurés d’un accueil chaleureux et un service attentif la prochaine fois que vous visitez.

Les Ukrainiens portent très souvent les vychyvankas

Cela devient de moins en moins un mythe depuis la Révolution de l’Euromaïdan, mais c’est encore loin d’être tout à fait vrai. La vychyvanka est une partie essentielle du costume national Ukrainien, et il est vrai que, après la révolution, il est devenu un symbole, et un moyen d’exprimer l’identité et la fierté nationale. En outre, la vychyvanka est maintenant un article de mode très populaire en Ukraine et au-delà. Des marques de renommée mondiale allant de Valentino à H&M, utilisent maintenant des éléments de broderie ukrainienne dans leurs vêtements. Et alors que les Ukrainiens étaient habitués à pour porter des vychyvankas principalement pour des grandes occasions, et pas plus d’une fois ou deux fois par an, beaucoup sont maintenant fiers de porter des chemises brodées ou des robes quotidiennement.

Des gens portant des vychyvankas, chemise brodée ukrainienne traditionnelle

Des gens portant des vychyvankas, chemise brodée ukrainienne traditionnelle
Kyiv 24 août 2014. (Kostyantyn Chernichkin)

Les Ukrainiens arnaquent les touristes non-méfiants

Il était assez fréquent de voir des panneaux à l’entrée des sites touristiques en Ukraine avec des prix distincts pour les Ukrainiens et les étrangers – les prix pour les étrangers étant plus élevés. Mais cela est rarement le cas aujourd’hui. Si un bar ou un restaurant fréquenté par les étrangers à des prix élevés, les Ukrainiens doivent les payer eux aussi, et en effet, de point de vue comparatif, ces endroits sont plus chers pour la plupart des Ukrainiens, alors que les touristes obtiennent souvent des offres spéciales, surtout en comparaison aux prix pratiqués dans d’autres pays. Malgré la guerre à l’est, l’Ukraine est toujours une destination idéale pour les touristes, avec plus de 10 millions de visiteurs en 2014, la plupart d’entre eux viennent, cependant, des pays limitrophes.

Les Ukrainiens veulent quitter leur pays

Ce «mythe» est plutôt vrai que faux. On estime que 3 millions d’Ukrainiens travaillent à l’étranger, principalement en Russie, en Pologne et dans d’autres pays de l’Europe orientale. Un grand nombre d’Ukrainiens ont quitté le pays depuis l’indépendance pour travailler ou faire leurs études, et beaucoup ont depuis choisi de vivre à l’étranger de façon permanente. Cependant, dans ce pays de plus de 40 millions d’habitants la majorité a choisi de rester, même quand ils ont eu la possibilité de partir. En effet, depuis la Révolution Euromaïdan en Ukraine, de nombreux Ukrainiens qui ont construit une carrière réussie à l’étranger sont revenus dans leur pays d’origine pour l’aider à construire un avenir meilleur.

 

L’Ukraine a les pires routes du monde

Compte tenu du climat de l’Ukraine avec des étés chauds et des hivers froids, les surfaces de la route ont tendance à se détériorer rapidement. Ajoutez à cela des pénuries budgétaires pour la réparation des routes, et il n’est plus surprenant que de nombreuses routes, même dans les grandes villes, sont en mauvais état en Ukraine – d’où la popularité des 4×4 et des voitures avec un grand dégagement. Mais les pires routes du monde? Très loin de la réalité. L’Ukraine a également amélioré son réseau routier au cours des dernières années, et maintenant les routes entre Kyiv, Odessa et Lviv sont parmi les meilleurs du pays, correspondant à ceux de l’Europe occidentale, au moins, en termes de qualité de surface.

Les Ukrainiens boivent de la vodka

Eh bien, oui ils le font, mais il est plus probable qu’ils vont boire de la horilka – la vodka ukrainienne. Vodka est un mot russe, qui signifie à peu près «petite eau», tandis que le mot ukrainien horilka se traduit à peu près comme «eau brûlante ». Autrement dit, il s’agit d’une eau de vie. Par ailleurs, la saveur traditionnelle préférée de horilka est le piment, de sorte à ce que certaines horilkas peuvent en effet «brûler» la gorge.

Ukrainians eat a lot of salo (raw pork fat), but less pork meat per capita than some other countries.

Les Ukrainiens mangent beaucoup de salo (lard), mais moins de viande de porc par habitant que dans d’autres Etats.

L’Ukraine a subi un coup d’Etat néo-nazi en 2013-14

Ce mythe de la propagande du Kremlin a été créé lorsque les manifestations anti-gouvernementales à Kyiv avaient atteint leur point d’ébullition dans les premiers mois de 2014. Il est vrai qu’un petit nombre de manifestants étaient de l’extrême droite, la grande majorité étant des Ukrainiens ordinaires. L’utilisation orwellienne de l’expression «coup d’Etat» pour décrire le soulèvement populaire est un autre indice sur les origines de ce mythe relayé par la propagande du Kremlin. Si vous répétez cette absurdité aux Ukrainiens à votre risque et péril, dans la plupart des cas vous entendrez des injures, et ceux qui ont participé aux manifestations à Kyiv seront non seulement insultés, mais riront aussi de votre manipulabilité.

L’Ukraine n’est pas un pays

Au cours du sommet de l’OTAN à Bucarest, en Roumanie, le président russe Vladimir Poutine a dit au président américain George W. Bush: « Vous devez comprendre, George, que l’Ukraine n’est même pas un Etat. » Bien que cette opinion corresponde bien à la vision du monde du Kremlin, les faits montrent que c’est un mythe. Ukraine dans ses frontières actuelles, y compris le territoire de Crimée annexé par la Russie, est un Etat reconnu internationalement, et un membre de l’Organisation des Nations Unies. En effet, l’Ukraine avait rejoint l’Organisation des Nations Unies comme un Etat-nation individuel en 1945, alors que la Russie ne l’avait pas fait – elle y était représentée dans le cadre de l’Union soviétique.

Kyiv est la mère des villes russes

Kyiv était la capitale de l’ancien Etat Rus de Kyiv, qui a éclaté dans le 12ème siècle, bien avant l’apparition de l’Etat connu sous le nom « Russie ». L’Etat russe moderne descend plus directement de la Russie tsariste, qui est héritière du Grand-Duché de Moscou, ou Moscovie, avec sa capitale à Moscou. Ainsi, la «mère des villes» de la Russie moderne est, de fait, Moscou.

L’Ukraine est “profondément divisée selon des lignes ethniques et linguistiques”

Depuis son indépendance en 1991, l’Ukraine a surtout été un pays pacifique, avec une variété ethnique et linguistique, une maison non seulement pour ceux qui parlent ukrainien, mais aussi le russe, le yiddish, le ruthène, le roumain, le biélorusse, le tatar de Crimée, le bulgare, le hongrois, le polonais, l’arménien, l’allemand et le grec. Alors que l’ukrainien est la langue la plus couramment parlée, le russe est également largement utilisé, et de nombreux Ukrainiens maîtrisent les deux. En outre, les Ukrainiens vont basculer d’une langue à l’autre selon la situation, parfois en utilisant des langues différentes pour répondre aux membres d’un seul et même groupe. La politique avait brouillé la question, mais les Ukrainiens ethniques peuvent être entendus parler russe, ainsi que ukrainien. C’est une erreur d’identifier un Ukrainien russophone comme «russe», tout comme il serait une erreur de dire qu’une personne irlandaise, américaine, canadienne ou australienne était «anglaise» parce qu’elle parle anglais.

 

Ceci est une traduction d’un article initialement publié en anglais par KyivPost

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. laurent dit :

    Très bon résumé, merci.
    A envoyer d’urgence à Messieurs Trump, Poutine, et Mme LePen.

  2. Voilà je m’arrête à l’affection demandée et requise par les femmes ukrainiennes pour dire que ce ne sont point des femmes faciles comme ça peut sembler être pour les occidentaux donc attention messieurs vous devez être fort mentalement (et non pas uniquement riches) pour les persuader de la sincérité de vos intentions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *