Valentyn Vykhivski

VykhivskiDate de l’arrestation : le 17 septembre 2014

Accusations :

article 276 du Code pénal (espionnage dans le domaine aérospatial)

Condamné à 11 ans de colonie à régime stricte

Entrepreneur, constructeur-amateur d’avions. Valentyn Vykhivski, diplômé en électronique à l’« Institut polytechnique de Kyiv », avait sa propre entreprise, il a participé à la révolution Euromaïdan.

En septembre 2014, lors d’une visite privée à Simferopol, il a été arrêté par la milice de la soi-disant « autodéfense de Crimée » et placé en détention dans l’ancien immeuble de ​​SBU à Simferopol (Crimée, Ukraine). Plus tard, il a été transféré dans la prison Lefortovo à Moscou, où il a été incriminé pour l’« espionnage commercial ». Plus tard, les charges ont été reformulées en simple « espionnage ».

Ses parents n’ont pas été mis au courant à propos de l’arrestation de leur fils. Quelques jours après sa disparition, son père a réussi à apprendre que Valentyn était détenu. Au cours des 8.5 mois qui ont suivis, aucun consul ukrainien n’a réussi à rendre visite à Vykhivski. Plus tard, quand l’autorisation était donnée, toutes leurs rencontres étaient assistées par des agents pénitentiaires qui mettaient la pression psychologique sur le prisonnier. Zoia Svetova, une représentante de la commission de surveillance publique de Moscou, a transmis ce que Valentyn lui a dit lorsqu’elle a eu l’occasion de lui rendre visite : «Je vais bien. L’enquête continue. Pourquoi ai-je besoin d’un avocat? Ici, en Russie, cela n’a pas de sens. Je n’ai pas besoin d’aucun avocat « .

Jusqu’à la notification du jugement, personne ne connaissait le contenu de l’acte d’accusation. En décembre 2015 les médias ont rapporté que Valentyn a été condamné à 11 ans de colonie à régime strict pour avoir engagé via Internet contre une récompense « des employés du complexe militaro-industriel du domaine aérospatiale pour la collecte et la fourniture de la documentation technique secrète sur les développements prometteurs en cours « .

Selon son père, Valentyn avait un vif intérêt pour l’aviation et passait beaucoup de temps sur les forums en ligne spécialisés, où il discutait avec les citoyens russes. Cependant, il est impossible de vérifier si les accusations sont justifiées parce que son dossier d’instruction a été classé « top secret ». En outre, indépendamment des circonstances de l’affaire, le recours à la force brutale et l’infraction du Code de procédure pénale par les forces de l’ordre sont illégaux selon la législation russe et les droits de l’Homme en général.

Les preuves de l’innocence

Bien que le dossier de l’affaire ait été tenu secret et le procès a eu lieu à huis clos, certaines circonstances jettent un doute sur la légitimité des poursuites et témoignent du non-respect des droits de Valentyn.

Les parents n’ont pas été informés de son arrestation. Ils l’ont appris par des connaissances qui se sont mis à la recherche de leur fils disparu. Les avocats indépendants n’ont pas été autorisés à défendre Valentyn. Le consul ukrainien s’est vu refusé toute visite à Valentyn pendant près de 9 mois.

Lors de l’arrestation, il a été battu.

Tortures

Selon les déclarations de Vykhivski, les forces de l’ordre l’ont brutalisé au moment de son arrestation : il a été déshabillé et roué de coups avec un sac sur la tête.